borderline mais pas avec tout le monde ?


texte traduit de la page
http://www.mhsanctuary.com/borderline/BPDr/349.HTM
(tous droits réservés)
Same page in english / Meme page en Anglais
Q. Est-ce qu'il est possible pour une personne de n'exhiber des comportements de trouble de la personnalité Borderline qu'à quelques membres de la famille mais pas à d'autres ?
Spécifiquement, une personne peut-elle être borderline quand elle a affaire à ses frères et soeurs et ses cousins mais être très protegée (et peut-être excluante) dans ses relations avec sa famille immédiate (épouse et enfants) ?
Je pose cette question parce qu'il est presque impossible de parler à mon beau-frère de n'importe quoi. Il a lentement décidé que certains membres "étendus" de la famille ne sont 'pas bon '
(j'emploie ce terme au lieu des jurons qu'il préférerait).
Il est très émotif et juge les autres au sujet du manque de respect qu'il obtient des autres (que cela soit vrai ou imaginé).
Il est un perfectionniste et critiquera chacun et tout ce qu'il sent n'être pas parfait.
Parfois je pense que c'est juste un complexe d'inferiorité. Naturellement je suis devenu la dernière victime de la 'haine du monde ' qu'il a. J'ai mentionné que je pensais qu'il a un complexe d'inferiorité (après qu'il m'a impliqué , projection peut-être).
Chaque fois que les gens lui demandent de discuter de ces problemes, il dit 'je ne veux pas en parler!!'.
Il est aussi sous-employé et irrité des membres de la famille qui ont réussis financièrement.
Peut-être c'est juste un cas grave 'de raisins trop verts ', mais sa famille marche constamment sur des coquilles d'oeuf, effrayée de son prochain accès de colère basé sur certains affronts percus.
J'ai passé en revue la liste des caractéristiques du trouble borderline mais je suis incertain du nombre qu'il a reellement. Je puis conjecturer au moins trois ou quatre (humeur changeante, réponses émotionnelles instables et inadéquates, au moins 1 accident de voiture par an, manipulation de ses enfants pour préférer sa compagnie (crainte d'abandon).

Quoi qu'il en soit, je ne veux pas imposer un diagnostic à n'importe qui, j'essaye juste de trouver comment stabiliser les relations familiales. Je puis honnêtement dire que les chances de le voir aller en thérapie sont pratiquement de zéro.


R. Les borderlines sont des borderlines.
Ils montrent des comportements caractéristiques borderlines quasi tout le temps. Ceci dit, ils ne sont pas toujours détestables. Comme l'asthme, la maladie est toujours là, juste vraiment mauvaise parfois contre d'autres fois. Les gens dans la famille "font avec" les comportements (marchant sur des coquilles d'oeufs), et peuvent même être aveuglés par les comportements.
Nous avons tendance à faire des excuses aux membres de la famille. Nos enfants ne nous connaissent que comme parents, et sont instruits à vivre de notre manière.
Un bon livre est "Comprendre la mère Borderline" par Christine Ann Lawson.
Je sais que le votre est masculin, mais vous obtiendrez une bonne comprehension grace au livre sur la façon dont les divers mécanismes de pensée borderline fonctionnent. De même, vous aurez une bonne idée de ce qui pourrait être un meilleur comportement de votre part.

Clairement les borderline agissent différemment.
Dans ce cas-ci, si vous êtes aimé, vous êtes traités différemment par lui que si vous êtes détesté.
Au final, vous devez faire la bonne chose pour vous-même. Compromettre votre propre système éthique ou de valeur ne vous aidera pas, et ne l'aidera certainement pas .
Les borderlines (il y en a de multiples types) regardent le monde différemment. Dans ce cas-ci, il semble peu disposé même à considérer des solutions de rechange ou à faire des compromis. Aucun compromis que vous ne ferez ne sera réciproque dans ce cas-ci.

AAPEL - retour page synthese trouble de la personnalité Etat limite Borderline

Mise en garde:
Toutes les informations présentes sur ce site sont dans le but d'aider à comprendre une maladie pour le moins "particulière" et déroutante
Mais aussi et surtout à soutenir les personnes qui souffrent, malades ou pas. En tous les cas, il est INDISPENSABLE d'avoir recours à un médecin psychiatre et ou psychothérapeute spécialiste de la maladie pour confirmer ou infirmer un diagnostic
Quoiqu'il en soit le nom d'une maladie importe peu, ce qui compte, c'est d'appliquer le "bon" traitement à chaque malade.