AAPEL
histoires de patients avec un trouble borderline

Attention à ne pas tout prendre "au pied de la lettre", ni de faire sienne l'opinion des autres. Chaque témoignage, ressenti, chaque "vérité" déclarée est dans le but de se faire sa propre opinion. Chaque patient est différent, il est par exemple plus ou moins malade. Chaque non-patient est différent, il est par exemple plus ou moins impliqué. Les circonstances aussi sont différentes. Le but est donc de se faire sa propre opinion le plus honnêtement possible

texte traduit de la page
http://www.mhsanctuary.com
témoignages issus du site (tous droits réservés)
Same page in english / Meme page en Anglais

Histoire #5

En grandissant, j'avais tout dans les yeux de chacun excepté dans mes yeux. Je viens d'une famille de classe très élevée, où je devais réussir dans une catégorie très élevée.  Dans les yeux de mon père l'argent était tout et la famille venait après.  Il pensait que s'il nous achetait tout que nous voulions, nous étions heureux.  Ce n'était pas le cas. 

J'ai été l'unique enfant pendant 6 ans, puis est venue ma soeur.  Quand elle est née elle était née 3 mois avant terme et très malade, ma maman a dû passer beaucoup de temps à l'hôpital ainsi j'ai dû rester avec ma grand-mère pendant un moment.  J'ai passé du temps avec ma grand-mère, mais pas en haut (???) parce que mon père nous maintenait si occupés dans la vedette de son atmosphère sociale (???).  Ainsi le fait d'être avec elle, répandit une nouvelle lumière dans ma vie.  Elle m'a laissé jouer et devenir sale, je n'avais pas à être habillé tout le temps et je pouvais avoir le plaisir de manger de la nourriture industrielle et à avoir de bon moments avec elle.  Elle était plus ma mère et mon père à moi que mes propres parents. 

Quand vint le temps de rentrer à la maison j'avais le coeur brisé, j'ai pleuré pendant des jours et j'ai appelé ma grand-mère chaque jour, elle disait que s'il y avait quelque chose qu'elle pouvait faire, elle le ferait .  J'ai commencé à avoir des cauchemars, je ne pouvais pas rester concentrée à l'école.  J'ai eu des moments difficiles faisant n'importe quoi.  Ma maman n'a eu aucune compassion.  Elle a juste pris soin du bébé, mon papa restant faché contre moi et se contentant de dire "comment avez vous pu me faire cela à moi" ? 

Mes rêves ont empirés, et ainsi que tout le reste.  Je suis resté en thérapie pendant des années ne sachant pas vraiment ce qui n'allait pas. Pendant que les années passées j'ai fait à ma guise détestant toujours mon père, je n'étais pas vraiment sûr pourquoi je le destestais tellement, excepté de la manière dont j'ai grandie.  Quand j'avais 18 ans j'ai été violé et fortement battu.  Par la thérapie je suis parvenu aujourd'hui à obtenir avec quelques cicatrices, même ma vie, le viol et mon père, il restait quelque chose de mauvais que je ne pouvais pas expliquer. 

Je suis marié et j'ai 3 enfants, un fils qui a 8 ans, et 2 filles, 6, 2.  Ma vie allait mieux mais j'avais encore à prendre des antidépresseurs, et mon humeur était toujours très lunatique.  Mon mariage est correct, parfois avec des haut et des bas, principalement en raison de mon humeur.  Mon mari est parfait pour faire avec tout ceci mais ne comprend pas toujours entièrement mes comportements.  J'ai maintenant 30 ans et mes rêves ont commencé à revenir très puissant. 

Après beaucoup de therapeutes et de médecins j'ai finalement été diagnostiqué avec un trouble de personnalité borderline état limite.  J'ai maintenant mes rêves de retour grace à l'aide d'un docteur merveilleux.  J'ai été mentalement et physiquement maltraitée.  Mon père m'a violée quand j'étais un petit enfant et a eu du plaisir avec moi plusieurs fois, parce que ma mère n'a jamais preté attention à moi ni à lui. 

Je continue à peaufiner mon passé avec l'aide de mon docteur une fois par semaine, mais remettant lentement mon passé là où il doit être et essayant d'obtenir une prise sur mon futur.  Cela fonctionnera avec beaucoup de temps et de patience.

AAPEL - retour page synthese trouble de la personnalité Etat limite ou Borderline



















Histoire # 11 "j'ai tout eu" "je me mets à l'abri"

Maintenant que j'y suis, je ne sais pas par où commencer...... 

Cette nuit est une nuit de solitude... la question est qu'est-ce qui a fait que j'ai commencé à entrer dans cette pièce.  J'en ai eu beaucoup d'autres ces derniers temps.  Mais il n'y a rien de neuf.  J'ai été seul durant ces dernières 25 années.

Dans ma vie il n'y a eu jamais eu de "grand" traumatisme.  Je n'ai pas été maltraité, ni négligé, ou aucune des autres choses par lesquelles certaines personnes avec le trouble borderline sont passées.  Je pense que c'est venu naturellement. Ce n'est que tout récemment que j'ai été diagnostiqué avec ce trouble. 
En 14 années de psychiatrie j'ai quasi tout eu (bi-polarité, schizophrénie, Ocd, dépression et trouble d'anxiété).  La première fois que j'ai été hospitalisé pour une tentative de suicide j'avais 16 ans.  J'ai dû convaincre le docteur du ER de m'admettre....la j'étais... effrayé et seul, couvert de blessures ouvertes allant de mon cou à mes hanches.  Le docteur m'a dit que cela ne lui semblait pas si sérieux, que je devais rentrer à la maison et essayer de me calmer.  J'ai essayé de lui dire que pour moi, il n'y avait pas de telle option.  Si je rentrais à la maison alors je ne pourrais pas en sortir vivante.  Devinez ce qui finalement l'a convaincu....  J'ai passé les deux mois suivants vivant dans une salle de psych d'un hôpital local.  J'y suis retourné cinq fois depuis lors.  Cette fois je suis déterminé à ne pas y retourner. 

Durant les trois dernières années j'ai réellement été vraiment sous controle.  Et alors j'ai rencontré une personne qui a totalement détruit le peu de prise que j'avais sur une vie normale.  Il n'est pas une mauvaise personne....seulement qu'il est très difficile de se rappeler cela parfois.  Ne pas penser en modèles bon/mauvais.  Nous sommes humains. 
Simplement humains. 

Quoi qu'il en soit, la plupart de mes problèmes se trouvent dans mes relations à autruiJe n'attire pas les personnes, en fait c'est tout à fait l'opposé... je fais de mon mieux pour m'assurer qu'elles ne peuvent pas m'atteindre.  Si elles ne peuvent pas entrer, je ne peux pas être blessé.  C'était toujours ma philosophie.  Mais cela ne peut que conduire à une vie très vide.  Ainsi, de temps en temps j'essaye de tendre les bras, meme si comme auparavant j'ai peur d'etre blessé. Et généralement je le suis.  Est-ce leur faute ou la mienne?  A cela je ne puis pas répondre. 

Je sais que ceci ressemble à une personne qui discoure, et peut-être que je le suis.  Je voulais juste laisser quelque chose ici pour d'autres.  Sachez qu'il y a toujours espoir.  Que même lorsque vous ne pouvez pas le voir, il y aura toujours quelqu'un qui s'inquiète.  Vous devez juste être patient (quoique ca puisse parfois être la chose la plus dure à faire) et ils se feront connaître.  merci de votre écoute.

AAPEL - retour page synthese trouble de la personnalité Etat limite ou Borderline
,



Histoire # 13 "sans raison"
J'ai 15 ans et je viens juste d'être diagnostiqué avec le trouble Borderline.  Je vis dans une douleur constante, repoussant au loin la famille, amis, et aimés.  J'ai essayé le suicide deux fois. C'est effrayant lorsque vous êtes jeune et que vous  ne comprenez pas pourquoi vous saccagez votre pièce pour quelques argument insignifiant ou faite expres de faire mal à des personnes sans aucune raison.  Je comprends maintenant pourquoi j'ai fait ces choses, mais mon petit ami et mes parents n'ont pas compris avant que j'aie été diagnostiqué.  J'ai l'habitude d'aimer en disant des choses cruelles aux gens, mais après je me sens horrible de cela.  J'ai quité l'école en troisième ( 9ème grade?), je fume des cigarettes, et j'ai eu un sérieux problème de substance dépendance.  Je fumais de la marijuana chaque jour pendant au moins 6 mois pour m'échapper de la réalité. 
Maintenant que j'ai été diagnostiqué avec le syndrome borderline, je peux voir qu'il y a une raison pour tout ceci.  Je peux voir que mes réactions aux événements mineurs ne sont pas parce que je suis aliéné, c'est juste parce que j'ai un déséquilibre chimique qui sera fixé avec les médicaments appropriés
J'encourage tout ceux qui ont été diagnostiqués avec le trouble borderline à ne pas avoir peur de celui ci
10-14% des personnes ont ce trouble, et il ne vous rend pas  moins normal que les 90% qui ne l'ont pas. 
Les patients Borderline sont justes comme chacun , et avec les médicaments appropriés, nous pouvons controler nos sautes d'humeur et mener une vie saine et avec des rapports sains.
Rappelez-vous juste qu'il y a les gens dehors là avec la même condition que vous, et avec les médicaments et l'aide appropriée, les cicatrices émotionnelles se fanent.

 

AAPEL - retour page synthese trouble de la personnalité Etat limite Borderline

Mise en garde:
Toutes les informations présentes sur ce site sont dans le but d'aider à comprendre une maladie pour le moins "particulière" et déroutante
Mais aussi et surtout à soutenir les personnes qui souffrent, malades ou pas. En tous les cas, il est INDISPENSABLE d'avoir recours à un médecin psychiatre et ou psychothérapeute spécialiste de la maladie pour confirmer ou infirmer un diagnostic
Quoiqu'il en soit le nom d'une maladie importe peu, ce qui compte, c'est d'appliquer le "bon" traitement à chaque malade

2008