Le syndrome de Peter-Pan et le refus de grandir.
Trouble de la personnalité borderline, état limite et syndrome de Peter Pan.

Introduction

Peter Pan est un personnage inventé par James Matthew Barrie au début du 20ème siècle.
Dans le roman, Peter Pan s’enfuit dans le pays de « nulle part » afin de pouvoir rester un enfant insouciant.
Cet enfermement dans le monde de l’enfance lui permet ainsi d’éviter toutes les responsabilités inhérentes au monde de l’adulte.

Le psychologue Dan Kiley publie en 1983 un livre intitulé « le syndrome de Peter pan ». Il décrit les personnes qui « souffrent » de ce syndrome comme étant immatures, refusant les responsabilités, avec des comportements narcissiques et des tendances à  la manipulation.
Son livre est un immense succès auprès du public mais le syndrome demeure controversé aux yeux du monde psychiatrique. A ce titre il existe extrêmement peu de citations dans la base de données Pubmed sur ce sujet.

A noter que le Dr Kiley a aussi écrit un autre livre appelé le dilemme de Wendy qu’il a publié en 1984. Wendy étant la femme qui agit généralement et inconsciemment comme une mère.

Description du syndrome de Peter-Pan
Il est intéressant de lire que l’auteur décrit ces personnes comme émotionnellement bloquées à un seuil adolescent.
Le déni fait parti du trouble et le fonctionnement est souvent impulsif, guidé par les seules émotions.

Bien qu’ils soient prompts à blâmer les autres, ils demeurent extrêmement sensibles au rejet.
Les relations avec les femmes sont d’autant plus difficiles du fait d’attitudes généralement machistes.
Ils pensent que l’amour d’une compagne doit être comme un amour maternel inconditionnel et positif.
De fait ils vont avoir tendance à pousser les limites au-delà du raisonnable afin de « tester » cet amour.
Ce besoin est tel qu’ils ressentent beaucoup de vide sauf quand ils sont entourés et au centre de l’attention.

Plus les années passent et plus il semblerait que la culpabilité soit grandissante, celle de n’avoir « rien fait » de sa vie pendant de nombreuses années.
Cette solitude et cette souffrance conduisent fréquemment à la prise d’alcool et de drogues.

(il semblerait que Michael Jackson souffrait du syndrome de peter pan et probablement d'autres troubles)

.
Peter pan et trouble borderline ?
Il est frappant de constater le nombre de points communs qu’il existe entre les deux troubles. Pour autant je verrais plus la description du syndrome de Peter-Pan comme un ensemble de symptômes.
Le trouble borderline quant à lui ne se résume pas à un ensemble de symptômes, il est selon moi un trouble de gestion des émotions issu d’une « carence » en « éducation émotionnelle » durant les premières années de la vie. La construction de la personnalité se trouvant perturbée par un ensemble d’éléments externes.
Alain Tortosa
Psychothérapeute, président de l'AAPEL.
 


AAPEL - retour page synthese trouble de la personnalité Etat limite Borderline
.
Ouvrages sur le trouble
.

.
Mise en garde:
Toutes les informations présentes sur ce site sont dans le but d'aider à comprendre une maladie pour le moins "particulière" et déroutante
Mais aussi et surtout à soutenir les personnes qui souffrent, malades ou pas. En tous les cas, il est INDISPENSABLE d'avoir recours à un médecin psychiatre et ou psychothérapeute spécialiste de la maladie pour confirmer ou infirmer un diagnostic
Quoiqu'il en soit le nom d'une maladie importe peu, ce qui compte, c'est d'appliquer le "bon" traitement à chaque malade
.
.
Dernière mise à jour  2013

(création AVRlL 2OO8)
Copyright fédération AAPELTM - Tous droits réservés
Auteur Alain Tortosa, praticien en psychothérapie, président fondateur de l'aapel
Association loi 1901 à but non lucratif