AAPEL
Trouble borderline, seul, très seul

texte traduit de la page
http://www.borderlinepersonality.ca/borderalonenightcry.htm
(tous droits réservés)

Same page in english / Meme page en Anglais
Borderline: Seul dans le Noir: Pleurant 

Auteur: A.j. Mahari 
Publié le: 12 Août 2OO1 
Si vous avez un trouble de la personnalité Borderline (BPD) vous pouvez vous sentir seul, ou vous sentir très seul, dans le noir, et pleurant.
Vous pouvez pleurer des larmes réelles ou vous pouvez vous sentir déprimé, vide, sans valeur et aussi incompris. Vous pouvez "pleurer" par des comportements compulsifs; comme en mangeant avec excès, en mangeant et en vous purgeant ensuite, en dépensant (Internet ou TV achats), ou vous pouvez abuser de drogues et ou d'alcool, ou vous pouvez vous couper, ou vous faire du mal d'autres manières - parce que vous êtes seul, vous vous sentez seul et "pleurant".

Il y a une telle solitude et un tel vide en ne sachant pas qui vous êtes. Il y a un sens si fort et profond d'être perdu. Ce sentiment d'être perdu peut vous laisser le sentiment que vous êtes indigne. Les questions retentissent bruyamment et fortement dans l'obscurité de la nuit:

Qui suis-je?

Qu'est-ce qui ne va pas chez moi ?

Pourquoi est-ce que je suis toujours seul ?

Pourquoi personne ne s'inquiète ?

Pourquoi personne ne me comprend ?

Pourquoi personne ne m'aime ? 

Il semble que la raison pour laquelle personne ne vous aime est probablement parce que vous ne vous aimez pas vous même.
Quand vous ne vous connaissez pas vous-même, vous ne pouvez pas vous aimer. 
Quand vous ne pouvez pas vous aimer, vous ne pouvez pas aimer les autres. 
C'est une des raisons les plus profondes qui font que les personnes borderline sont souvent si seules. 
Même s'il y avait 100 personnes dans votre maison avec vous, vous continuriez probablement à ressentir ce sentiment poignant, perdu, douloureux d'etre seul et mal compris.

La raison pour laquelle vous ne pouvez pas vous débarrasser de la facon dont vous vous sentez est en grande partie parce que vous continuez à essayer de vous protéger par des moyens artificiels et souvent malsains. 
Vous vous coupez ou buvez ou extériorisez d'une autre manière, vous maudissez et prenez de la distance de ceux qui essayent ou ont essayé de vous aimer et de vous connaître. 
Pourquoi ? Parce que vous vous consacrez trop en voulant vous protéger de votre douleur. 
La seule manière de changer est d'apprendre à faire face à votre douleur
Vous devez marcher vers l'océan qu'est votre douleur, apprendre à nager sur place et puis à nager loin du bord. 
Vous devez nager à travers votre océan afin de gagner l'autre rive. Il n'y a aucun raccourci. Il n'y a aucun bateau de sauvetage. Vous, et vous seul êtes responsables de la façon dont vous vous sentez. Vous, et vous seul avez le pouvoir de changer comment vous vous sentez.

Vous n'avez pas à vous asseoir là, seul, blessé, et perdu dans l'obscurité de la nuit. 
Vous avez des choix. 
Quand quelqu'un décide en premier de chercher activement à guérir du trouble borderline, il n'y a aucun doute que tous les choix semblent avoir une chose en commun: DOULEUR . Mais, le choix de rester le même et de continuer à "pleurer" seul dans l'obscurité de la nuit est de loin le choix le plus douloureux que vous pouvez faire
Ce choix, est le choix de continuer à se protéger. Seulement vous ne pouvez pas vous protéger vous même contre cette douleur. Vous ne pouvez pas la tenir à distance. 
Vous devrez continuer à boire, vous droguer, extérioriser, être sans ressources, etc.. etc.. dans l'esclavage et victime de votre douleur si vous ne choisissez pas de lui faire face et de travaiIler activement pour l'exprimer de manière appropriée et de ce fait en guérir.

Borderline: Seul dans la Nuit: Pleurant - douleur sans fin faisant mal menant seulement aux montagnes de la colère et de la fureur. Terreur qui repose au dessous de toutes les maisons les craintes d'un petit enfant délaissé. Cet enfant vous regarde vous: l'adulte maintenant pour le libérer du milieu de cette agonie. Ceux de nous qui ont eu ou ont toujours le trouble borderline, savent tous trop bien au combien cela est douloureux.
Mais ceux d'entre nous qui ont guéri du trouble borderline savent également que non seulement le rétablissement est possible mais qu'il n'est pas nécessaire ou souhaitable de s'asseoir seul de le noir, "pleurant" nuits après nuits. 
La vie doit être vécue, pas simplement survécu

  • Défiez les risques. 
  • Osez aller pour cela ! 
  • Prenez la décision que vous voulez sortir du négatif et trouver le positif. 
  • Demandez-vous, votre vie est-elle un verre " à moitié-vide" ou un verre "à moitié-plein". 
L'importance de votre douleur et de votre souffrance (qu'importe que ses racines soient dans votre passé) est maintenant le résultat de vos propres pensées et perceptions. Les pensées et les perceptions ne sont pas taillées dans la pierre - elles peuvent être changées.

Afin de cesser de pleurer, vous couper, vous droguer, vous maltraiter, etc.., seul dans le noir, faites le choix d'obtenir de l'aide et d'y rester fidèle. 
Faites le choix de vous aider. 
Votre enfant-intérieur, votre esprit, votre âme, attendent tous VOTRE délivrance. 
Arrêter d'attendre que quelqu'un d'autre vous sauve - mettez ceci simplement dans votre tête, ils ne peuvent pas ! 
Vous devez faire le choix et puis poursuivre dans l'action qui écartera votre douleur. C'est à vous de.

Oh les nuits peuvent être si détendantes et paisibles quand l'on fait face à la douleur convenablement pendant le jour. Les nuits peuvent devenir un merveilleux sursis de tout ce qui est stressant et qui représente un challenge dans la vie. 
Le choix vous appartient. Choisissez sagement.

(A.J. Mahari ,“BPD: Alone, In The Night: Crying”,  borderlinepersonality.ca August 2OO1)

AAPEL - retour page synthese trouble de la personnalité Etat limite Borderline
dans l'emotion d'une borderline
Mise en garde:
Toutes les informations présentes sur ce site sont dans le but d'aider à comprendre une maladie pour le moins "particulière" et déroutante
Mais aussi et surtout à soutenir les personnes qui souffrent, malades ou pas. En tous les cas, il est INDISPENSABLE d'avoir recours à un médecin psychiatre et ou psychothérapeute spécialiste de la maladie pour confirmer ou infirmer un diagnostic
Quoiqu'il en soit le nom d'une maladie importe peu, ce qui compte, c'est d'appliquer le "bon" traitement à chaque malade
 
 

Dernière mise à jour  2008