L’état de sujétion dans les groupes sectaires

Introduction

Nous pensons que l'information, la confrontation à l'autre, permettent de libérer les esprits. Le libre arbitre peut s'exercer en disposant d'un maximum d'informations afin de se faire sa propre opinion sur un sujet.
Un discours qui consisterait à dire "n'écoutez pas ce qu'il a à dire, il va vous manipuler" revient à avouer que la personne à laquelle on s'adresse est "inapte" à se défendre mais de plus que l'on détient LA vérité...
Nous faisons donc le choix de vous donner un maximum d'informations, de points de vue sur l'état limite, libre à vous d'en faire ce que vous désirez...
Nous désapprouvons tout ce qui enferme l'humain... et c'est pour cela que nous livrons aussi sur notre site un ensemble d'informations au sujet de la manipulation et des dérives sectaires.
Si vous désirez signaler des comportements sectaires, nous vous invitons à contacter l'UNADFI

texte issu de la page
http://www.unadfi.org/sectes/sujetion.htm
(tous droits réservés)

Du délit de manipulation mentale à l’abus de faiblesse d’une personne en état de sujétion psychologique ou physique.
La création d’un délit de manipulation mentale, dans le code pénal, n’a pas été retenue suite à de nombreuses interrogations et critiques de la part des représentant des grandes confessions religieuses. Aussi, la Commission nationale consultative des droits de l’homme a estimé préférable de compléter le délit d’abus frauduleux de l’état de faiblesse d’une personne. Ainsi, la nouvelle version de la proposition de la loi About-Picard a suivi cette recommandation en proposant un élargissement de l’article 313-4 du code pénal réprimant " l’abus frauduleux de l’état d’ignorance ou de la situation de faiblesse ". Dans cet article, l’état de sujétion est une des conditions favorisant l’abus frauduleux.

Selon la loi About/Picard : " Est puni de trois ans d’emprisonnement et de 500 000 F d’amende l’abusfrauduleux de l’état d’ignorance ou de la situation de faiblesse soit d’un mineur, soit.d "une personne dont la particulière vulnérabilité due à son âge, à une maladie, à une infirmité, à une déficience physique ou psychique ou à un état de grossesse est apparente et connue de son auteur, soit d’une personne en état de sujétion psychologique ou physique résultant de l’exercice de pressions graves ou réitérées.ou de techniques propres à altérer son jugement, pour conduire ce mineur ou cette personne à un acte ou à une abstention qui lui sont.gravement préjudiciables ". Les peines encourues sont aggravées " lorsque le délit est commis par le dirigeant ou le représentant de fait d’une personne morale poursuivant des activités ayant pour but ou pour effet de créer, de maintenir ou d’exploiter la sujétion psychologique ou physique des personnes qui participent à ces activités ".
 

L’exercice de pressions ou de techniques propres à altérer le jugement dans les groupes sectaires.
Quelles sont les techniques mise en place et exploitées par les sectes pour créer, maintenir et exploiter la sujétion psychologique ? De quelle nature sont ces pressions graves ? Et, comment prouver qu’une personne a été amenée à se soumettre et à donner tout ce qu’elle possède en se démunissant affectivement, intellectuellement, socialement, financièrement et psychologiquement ?

Attention, selon nous, il ne faudrait pas tomber dans le piège de juger ou de condamner des techniques de communication, psychothérapeutiques, de développement personnel, de relaxation et des exercices spirituels tels que le yoga, la méditation ou les récitations de mantras. Car, ce ne sont pas ces techniques qui sont en cause. Même si les sectes utilisent toutes sortes de techniques, elles le font d’une façon tout à fait spécifique avec des intentions bien précises. En revanche, il faut dégager les procédés spécifiques des sectes qui visent à aliéner l’individu. Différents selon les groupes sectaires et destinés à régenter l’activité psychique et l’activité physique, ces procédés se situent à plusieurs niveaux : cognitif, comportemental et affectif. Et, les conséquences de ces procédés sont graves sur le plan psychique, physique, intellectuel, relationnel, social et financier.

Ainsi, apparaît très clairement la nécessité d’examiner et d’étudier les procédés exploités et utilisés dans les groupements à caractère sectaire.

Conséquences de ces pratiques au niveau psychologique.
Aussi, pour dénoncer la manipulation mentale pratiquée dans les groupements sectaires, il nous semble très important de connaître les conséquences psychologiques de telles techniques. Car, comment déterminer l’abus et démontrer que l’individu est soumis à un pouvoir destructeur ?

Véritables fabriques d’aliénation, les groupes sectaires ont des procédés qui entraînent des modifications graves au niveau de la personnalité, du comportement de l’individu et de ses relations avec sa famille et le monde extérieur. En effet, à certains procédés, le groupe sectaire amène l’individu à rompre avec son milieu culturel, familial, social et économique ou tout au moins à limiter, au maximum, les contacts avec l’extérieur. Aussi, l’individu perd son autonomie psychique et physique : convaincu et ayant perdu le sens de la réalité et un esprit critique, il ne peut plus se détacher du groupe et ne décode le monde que selon la logique de la secte.

Delphine GUERARD, Psychologue, n0vembre 2001.
 
 

retour page textes de loi
.
AAPEL - retour page synthese trouble de la personnalité Etat limite Borderline
.
Ouvrages sur le trouble
.

.
Mise en garde:
Toutes les informations présentes sur ce site sont dans le but d'aider à comprendre une maladie pour le moins "particulière" et déroutante
Mais aussi et surtout à soutenir les personnes qui souffrent, malades ou pas. En tous les cas, il est INDISPENSABLE d'avoir recours à un médecin psychiatre et ou psychothérapeute spécialiste de la maladie pour confirmer ou infirmer un diagnostic
Quoiqu'il en soit le nom d'une maladie importe peu, ce qui compte, c'est d'appliquer le "bon" traitement à chaque malade

Trouble de la personnalité borderline, état limite, TPL

mise à jour 2008
...
.
.