AAPEL
Guérir du trouble borderline état limite ? Les deux parents nécessaires.

texte traduit de la page
http://www.mhsanctuary.com/borderline
(tous droits réservés)

Same page in english / Meme page en Anglais
Q.  Ma fille âgée de 15 ans a été récemment diagnostiquée Borderline. J'envisage une seconde opinion, non seulement en raison du sérieux du diagnostic, mais également parce que son père est très sceptique

Y a-t-il des ressources disponibles pour m'aider à faire face à son comportement ?  Ma fille a été hospitalisée avant pour dépression clinique et tentative de suicide, mais les critères pour ce trouble semblent parfaitement coller.  Je sais que nous serons plus apte à l'aider si elle a l'appui de ses deux parents (nous sommes divorcés, mais nous avons tous les deux toujours été très impliqués dans sa vie, et nous habitons dans la même ville). 

A.  Je suis d'accord avec vous que votre fille tirera un meilleur bénéfice de son traitement si ses deux parents sont unis (au moins sur cette question).  A propos d'une deuxième opinion, dans ce cas-ci, il peut être tout à fait utile pour convaincre votre ex-mari que le diagnostic et le traitement prévu sont appropriés pour votre fille.  Trouver un professionnel qualifié qui peut passer en revue son passé, toutes les archives médicales que vous avez, et qui peuvent conduire sa propre évaluation seront crucials en fournissant une bonne seconde opinion.  Essayez d'impliquer votre ex-mari dans le processus soit pour vous aider à sélectionner le professionnel, pour accompagner l'appreciation en personne, ou en recevant une copie écrite de l'évaluation.
(Tim Pheil L.P.N, “Borderline Personality Disorder Recovery: Both Parents Needed”, Bpd Sanctuary)

AAPEL - retour page synthese trouble de la personnalité Etat limite Borderline










 

Mise en garde:
Toutes les informations présentes sur ce site sont dans le but d'aider à comprendre une maladie pour le moins "particulière" et déroutante
Mais aussi et surtout à soutenir les personnes qui souffrent, malades ou pas. En tous les cas, il est INDISPENSABLE d'avoir recours à un médecin psychiatre et ou psychothérapeute spécialiste de la maladie pour confirmer ou infirmer un diagnostic
Quoiqu'il en soit le nom d'une maladie importe peu, ce qui compte, c'est d'appliquer le "bon" traitement à chaque malade
 
 

2008