Trouble borderline état limite
La honte, la peur du ridicule, la moquerie et la culpabilité

Introduction
De nombreuses personnes souffrant d'un trouble de la personnalité borderline, mais pas toutes, ressentent la honte ou la culpabilité.
Cela semble être d’autant plus le cas qu’elles ne sont pas dans le déni et qu’elles ont conscience de leur « anormalité »
C’est de toute évidence lié à un manque de confiance en soi
Ce qu'ils en disent
* « Les quatre formes de réponses apprises à la honte sont visualisables comme sur 4 points d’une boussole. Sur un axe se trouve le "repli" sur un des pôles et "l’évitement " sur l'autre pôle. Sur l'autre axe on trouve "l’auto-agression " et "l’agression."
Ces formes sont toutes autodestructrices et étroitement liées de façon complexe et nourrissent de fait le cycle de la honte. Elles sont derrière les nombreuses impulsivités que les personnes borderline cherchent à combattre et sont reliées à la terreur de l'abandon qui caractérise le trouble aussi bien qu'avec la difficulté que ces personnes ont pour parvenir à une intimité »  (Dr. Richard Moskovitz - www.borderlinepersonality.ca)

* « Les séquelles du trouble borderline sont culpabilité, honte, remord et regret. Les surmonter permet d’aller au-delà du trouble et de ses séquelles. » (Ms. A.J. Mahari - http://www.soulselfhelp.on.ca)

Données, études (statistiques, prévalence, comorbidité, co-occurence)
* Crowe M., Dept. of Psychological Medicine, Christchurch School of Medicine and Health Sciences, New Zealand.
2OO4 J Psychiatr Ment Health Nurs., "Jamais assez bon--part 1: Honte ou trouble de la personnalité borderline ?"

Cet article adopte une approche "deconstructive" au contexte historique, clinique, et social du diagnostic de trouble de la personnalité borderline.  Ceci est entrepris en fournissant une vue d'ensemble de la littérature pertinente, un examen des critères diagnostiques, une discussion sur le développement de la honte, une discussion des récits des femmes et une réinterprétation des symptômes du trouble borderline comme réponse implacable de honte. Un argumentaire est développé que la honte est une caractéristique à part entière mais négligé dans les expériences de la détresse mentale qui sont caractéristiques du trouble borderline. Cette discussion est soutenue avec la preuve de la honte dans les récits des femmes avec un diagnostic de trouble borderline. Il y a des similitudes saisissantes entre ce qui est actuellement caractérisé comme trouble borderline et une réponse accablante de honte. L'identification de l'influence de la honte peut aider les infirmières mentales de santé pour fournir des soins qui repondent mieux aux besoins des femmes éprouvant ces symptômes.

Témoignage
Q : La honte est-elle toujours à vos cotés, la honte d'être ce que vous êtes ?
Effectivement, j'ai parfois honte de moi lorsque quelqu’un me parle ou me regarde, peur d'avoir l'air bête, peur de mon sourire qui est peut être stupide, peur de regarder en face, peur aussi d'avoir une tache sur les vêtements, donc quand la personne regarde mon pull, je mets la main dessus en disant "merde, je dois avoir une tache, faut la cacher".

Ca c'est quand je suis avec une personne inconnue ou un supérieur ou quelqu'un avec qui je ne me sens pas trop à l'aise, en règle générale ça ne va pas si loin mais des fois avec des collègues ça m'arrive de demander "pourquoi tu regardes mon pantalon, il a une tache ?" "Qu’est-ce que j'ai, j'ai de la tomate sur la figure ?" Si quelqu’un me regarde dans le bus ou autre, je me sens visée et je commence à me demander "qu'est-ce que j'ai ?"

Q : Parlez moi de la honte que vous avez depuis que vous êtes petite
Je suppose sans vouloir accuser qu'elle est liée à mes parents et surtout à ma mère qui m'a dénigrée depuis assez longtemps.
En fait, d'après son discours, j'en été venue à la conclusion que j'étais "bien" quand j'étais bébé, jusqu'à la naissance de mon frère à 2ans et demi, la j'ai eu une jalousie anormale d'après tous les membres de ma famille. Je l'ai même poussé sur le radiateur à 18 mois, il en a gardé une cicatrice sur le crane.
Je pense que ma mère le préférait un peu, et elle me rembarrait très souvent, d'autant que j'étais devenue infernale (dixit ma mère), sans doute pour attirer l'attention.

Cercle vicieux.
L’histoire de ma jalousie et de ce que je lui faisais subir (coups, etc..) J’ai du l'entendre 1000 fois pendant toute mon enfance et après.
Tous mes défauts (sournoiserie, mensonge..) Je les ai aussi entendus très souvent.
Donc pour moi, j'étais "mauvaise" depuis l'age de 2 3 ans et j'aimais regarder les photos de moi bébé, par contre j'avais honte de regarder les autres photos, puisque cette gamine était "mauvaise". J'avais honte de moi, je pensais avoir que des défauts, et cette honte me faisait me comporter étrangement avec les autres, peu de regards en face, sourire gêné, coups en douce, etc..
Voila, je me souviens même avoir déchiré des photos de moi sur un album, car je ne voulais garder que les photos ou j'étais "pure", c'est à dire quand j'étais bébé.
Je pense que mes parents ont très mal géré ce traumatisme qu'a été pour moi la naissance de mon frère, et que devant mon comportement anormal, ils se sont énervé sans comprendre que je commençais à dériver.

Q : Parlez moi de votre peur du ridicule
Quand j'étais en classe, je me rappelle que je n'aimais pas trop aller au tableau car j'avais peur de ne pas savoir, de dire une bêtise et que les autres se moquent de moi ou la prof.

Quand je savais, ça allait, j'aimais y aller, par contre quand j'avais le "vide", je faisais volontairement n'importe quoi et je disais des bêtises pour ne pas avoir l'air stupide, j'y gagnais en général une punition mais je préférais.

Maintenant, je n'ai plus trop peur de ça. Par contre, j'ai quand même peur d'avoir l'air stupide dans d'autres situations, je n'aime pas qu'on me remarque, du genre je me suis ouvert le pied en faisant du vélo, je marchais de manière ridicule (je boitais fortement) alors je me suis assise sur le banc en attendant que les autres personnes derrière passent devant moi, et quand j'ai été de nouveau seule j'ai marché vers une cabine téléphonique. J'avais peur qu'ils se moquent de moi, je ne voulais pas leur demander de l'aide.

Q : Parlez moi du " je suis au milieu d'une foule de 1000 personnes, un groupe se met à rire, je sais qu'ils se moquent de moi "
Cela m'arrive un peu moins avec l'age mais un peu encore. Effectivement, tout rire est pour moi "suspect", "ils rient de moi ?"
Ca m'arrive encore, dans la rue ou autre, si par hasard deux personnes rient quand je les croise, je ne peux pas m'empêcher de me dire qu'elles rient de moi, en général je me regarde pour vérifier que je n'ai rien sur mes vêtements, réflexe ! Ou si je vois des personnes se parler tout bas "elles parlent de moi".

Q : Comment ressentiez-vous la moquerie ?
Tous les enfants et ados se moquent des autres ou subissent la moquerie, mais pour moi, me faire moquer était une épreuve redoutable, capable de me mettre à plat pendant des jours et de provoquer de la haine à l'encontre de la personne qui l'avait faite (que ce soit pour rire ou non).

Je pouvais alors réagir par les larmes (cachée ou non), par la violence verbale ou physique.
Avec mes frères ou mes très proches, c'était la violence, avec les moins proches, les larmes ou la tristesse.

Le problème c'est que je doutais de moi, je n'étais jamais sure de moi, de ma valeur, donc fatalement une remarque me faisait encore plus douter
"Il a dit que j'étais bête, et si c'était vrai ?"
"Il a dit que mes seins tombaient, et si c'était vrai ?".
Le problème est la, car voyez-vous, je crois savoir que je suis intelligente, je crois savoir que je ne suis pas trop moche, je crois savoir que je suis marrante, mais le problème c'est qu'au fond je n'en suis pas sure !
Donc toute blague me fait douter, me fait chanceler, toute ma perception de moi-même s'écroule.
Un exemple me revient : je casse les pieds à tout le monde avec mes cheveux, je me regarde dans la glace 20 fois par jour, pour vérifier si des fois je ne deviendrais pas chauve. Un jour je trouve que j'ai une belle chevelure fournie, le lendemain je flippe parce que je trouve que j'en ai beaucoup moins. Une fois, un ami en soirée à qui j'avais bien cassé les pieds avec cette phobie a voulu me faire une blague : "Tiens, on dirait que tu t'éclaircies !". Ca m'a gâché la soirée, j'ai cassé les pieds à mon mari pendant tout le week-end, j'étais complètement anéantie "il a dit ça, tu crois que c'est vrai ?". Je n'ai été rassurée qu'une semaine après, le copain a rigolé "non mais tu rigoles ou quoi, j'ai dit ça pour rire bien sur, t'as vu ce que t'as sur le crane ?"
Je suis moins vulnérable maintenant que quand j'étais ado ou à 20 ans, ou la moindre remarque me foutait à plat.

Une autre : Mes parents voulaient me pousser à bosser plus, car je me contentais de la moyenne et ne foutait rien (en fait c'était mon apathie et ma désorganisation qui m'empêchait de bosser à fond) et mon père, croyant sans doute que ça me piquerait et me ferait réagir, me disait parfois "terminale LEP", pour me signifier que j'allais finir en BEP, ce qui par parenthèse est totalement méprisant pour les métiers manuels. Effectivement, ça me faisait réagir : j'en pleurais, ou je me foutais en rogne ce qui bien sur amusait toute la table, je partais dans ma chambre, jusqu'au jour ou quand même ma mère a donné l'ordre à mon père d'arrêter cette plaisanterie douteuse.

Mais ça me faisait vraiment mal.
Je ne sais pas si ça à voir avec la moquerie, mais je me rappelle aussi que je détestais l'injustice, quand j'étais accusée à tort, je me foutais en pleurs, dans tous mes états "mais c'est pas moi!!! C’est pas moi!!" Je hurlais, je ne supportais pas en plus que l'on ne me croie pas, je faisais presque une crise de nerfs.

Q: Pourquoi ça va mieux maintenant que vous êtes adulte?
Ce n'est pas parce que je supporte mieux les moqueries, pas du tout, c'est tout simplement parce qu'il y en a moins et meme nettement moins. d'abord parce que je "fuis" un peu le monde extérieur, pour moins souffrir j'ai renonçé à beaucoup de choses: peu d'amis, peu de sorties,etc..ensuite parce que contrairement aux enfants et ados, les adultes ne sont pas cruels, ils ne se moquent pas pour le plaisir comme le font les gamins, pour qui c'est juste un passe-temps, ils ne se rendent pas compte.
A cela j'ajoute qu'un enfant qui supporte mal la critique, qui y réagit par les larmes ou la violence ou le repli sur soi est quasiment certain d'attirer les moqueries. Regardez un groupe d'enfants, celui qui devient le souffre-douleur est fatalement le plus faible, le moins sur de lui. J'attirais les critiques et les moqueries quand j'étais plus jeune, car ça amusait les autres de me voir pleurer ou crier, par contre ceux qui ont subi ma violence physique n'ont pas recommençé.

Q: Vous dites "je crois savoir..., mais le problème c'est qu'au fond je n'en suis pas sure !" Mais qui vous demande d'être sure ?
Personne ne demande d'être sure, et je sais que c'est stupide de me mettre dans des états pareils pour un petit truc, mais c'est plus fort que moi.
En plus le problème c'est qu'au fond je ne sais pas vraiment ce que je suis, ça part dans tous les sens, donc une critique et ça y est je me dis "je suis vraiment nulle, etc..".
Vous vous savez qui vous étes, vous savez quelles sont vos qualités, quels sont vos défauts. Mais moi non, je ne suis pas sure de mes qualités, en plus je peux etre tout et son contraire en quelques instants.
Je doute de ce que je suis, je ne sais pas vraiment ce que je suis, donc ce que me disent les autres me touche énormement.
Je dirais même que quelqu'un pourrait me faire gober n'importe quoi tellement je doute de moi, du genre "les flics vont venir te chercher" "merde, t'as un découvert de 1 million sur ton compte". Je sais que ça peut pas etre vrai, la raison me le dit, mais malheureusement je ne suis pas toujours gouvernée par la raison, et l'angoisse, la peur de perdre quelque chose, se transforme en doute "et si c'était vrai ?".
Pour vous cela peut sembler incompréhensible mais c'est que j'ai fini par m'habituer, eh oui, on s'habitue à tout, même au pire. Mais je ne veux plus rester comme ça maintenant, j'en ai assez depuis que je sais que c'est une maladie.

En tous les cas, tout cela vient de mon manque de confiance en moi

Q: Et la culpabilité ?
J'ai toujours eu tendance à me culpabiliser, sans vouloir accuser je pense la qu'il s'agit un peu de ma mère, qui me dénigrait beaucoup, d'aprés elle c'est parce qu'elle me voulait parfaite, peut-être ne savait-elle pas gérer mes comportements étranges qui, il faut avouer, doivent être exaspérants.
Donc j'ai honte de moi, de ce que je suis, ce sentiment alterne avec des sentiments de grandeur, proche de la mégalomanie, qui ne durent pas. J'oscille entre les deux. Je ne sais pas si vous pouvez imaginer un enfant ne voulant pas se regarder en photo tellement il a honte de lui, il a l'impression d'être "mauvais". C'est ce que j'étais, et encore maintenant je n'aime pas me voir en photo, quand on me prend d'ailleurs je ne regarde jamais l'objectif.
C'est parce qu'au fond je ne sais pas si je suis "mauvaise" ou "bonne" que je suis tellemnt vulnérable à la moindre critique.

Avec l'aimable collaboration de Florence

Je veux vous aider ou aider un proche
Je veux adherer à l'association AAPEL
Je veux en savoir plus sur l'AAPEL et sa vocation
Je veux vous contacter
.

AAPEL - retour page synthese trouble de la personnalité Etat limite Borderline

Ouvrages sur le trouble
.

.
Mise en garde:
Toutes les informations présentes sur ce site sont dans le but d'aider à comprendre une maladie pour le moins "particulière" et déroutante
Mais aussi et surtout à soutenir les personnes qui souffrent, malades ou pas. En tous les cas, il est INDISPENSABLE d'avoir recours à un médecin psychiatre et ou psychothérapeute spécialiste de la maladie pour confirmer ou infirmer un diagnostic
Quoiqu'il en soit le nom d'une maladie importe peu, ce qui compte, c'est d'appliquer le "bon" traitement à chaque malade
.
.
Dernière mise à jour  2014
Copyright fédération AAPELTM - Tous droits réservés
Auteur Alain Tortosa, psychothérapeute, président fondateur de l'aapel
Association loi 1901 à but non lucratif